Unir les Associations pour développer les solidarités en Île-de-France
Identifiant :
Mot de passe :
Accueil > Detail d'un contenu
Les angles morts de la solidarité - Répondre aux formes actuelles de l'exclusion
Journée d’étude - Congrès
Lieu : Cité Universitaire, Paris 14ème - Nombre de jours : 1
Du 02/10/2013 au 02/10/2013

PRESENTATION OU PROGRAMME :

Colloque gratuit - Inscription en ligne sur le site du Colloque http://www.colloqueaurore.fr/

Le colloque du 2 octobre, consacré aux angles morts de la solidarité, a pour objectif de mettre la lumière sur une population « invisible » qui passe au travers des mailles du système social.
C’est une démarche unique, exceptionnelle, car cette question est portée par les acteurs eux-mêmes, ceux qui sont censés apporter des réponses et qui ont conscience de leurs limites face à l’urgence des plus vulnérables.
Les processus d’exclusion touchent des populations connaissant des situations différentes mais qui partagent souvent les mêmes difficultés face à un système de protection sociale qui ne les voit pas tous, qui peut leur apparaître comme hermétique, inaccessible.
Les effets sociaux de la crise se font sentir progressivement. Les dispositifs d’aide sont-ils adaptés aux personnes vivant des situations inattendues, fluctuantes, instables?
Les institutions ont du mal à repérer ces nouveaux publics, d’autant plus avec l’accroissement du phénomène de non-recours aux aides existantes. Ainsi alors que nous sommes en pleine crise économique, certains budgets d’aide sociale ne sont pas entièrement dépensés. Les collectivités et l’Etat développent chacun de leur côté des dispositifs, le plus souvent pour des publics ayant des statuts spécifiques (ex : mineurs, demandeurs d’asile, bénéficiaires du RSA…). Cela crée des « angles morts », pour ceux qui n’entrent pas dans ces catégories, et provoque des ruptures de prise en charge, de l’abandon de soins, du non-recours, de la sur-exclusion.
Confrontés à ces situations d’urgence nouvelles auxquelles, les acteurs du social, bénévoles, et pouvoirs publics doivent apporter une réponse. Face à des normes qui sont censées protéger mais qui laissent de côté ces nouveaux exclus, les équipes de travailleurs sociaux et de soignants ont besoin d’inventer et de tester des pratiques nouvelles.
Enfin, au-delà des pratiques des professionnels, cette question interroge tout un chacun sur son seuil de solidarité. Une enquête du Credoc indique que depuis 2010 une « fatigue de la compassion » envers les plus démunis s’installe chez les Français dans le même temps que la crise perdure. L’empathie d’une partie de la population a tendance à diminuer dans un contexte de déficit public très prégnant. Malgré tout, les français restent très sensibles à la lutte contre les inégalités ; on voit l’émergence de solutions parallèles, amatrices, comme le SAMU-Social du particulier, qui tente de pallier les difficultés d’accès aux dispositifs.
Retisser des filets de solidarité implique la mobilisation de chacun, travailleur social ou usager comme acteur de la cité et donc garant de la dignité d’autrui.




THEME
Organisateurs : Association AURORE
Coordonnées : Aude Jacquot – 06 70 53 15 89 a.jacquot@aurore.asso.fr
Sihem Habchi –06 62 75 39 55- s.habchi@aurore.asso.fr
01 73 00 02 30 / www.colloqueaurore.com
FICHE N° 73460
Mis à jour le : 06/09/2013
INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES (fichiers joints, sites internet...)
Tous Publics :
MOTS CLES
personne en difficulté - communication
imprimer