Unir les Associations pour développer les solidarités en Île-de-France
Identifiant :
Mot de passe :
Accueil > Detail d'un contenu
Le modèle social à l'épreuve de la crise - Baromètre de la cohésion sociale 2014
Rapport - étude
Auteur(s) : CREDOC - Sandra Hoibian
Paru le : 01/10/2014
Nom de la revue :

Le souhait d'un modèle social où l'individu jouerait un plus grand rôle

Stressés par la crise, n'ayant plus confiance dans les institutions et leur capacité d'infléchir le réel, inquiets des risques de déresponsabilisation du modèle social et valorisant la liberté et l'autonomie individuelle, les Français tendent, en ce début 2014, à s'affranchir du collectif pour ne compter que sur eux-mêmes. C'est probablement la raison pour laquelle 35% des Français placent les efforts de chacun pour vivre ensemble en tête des facteurs qui contribuent le plus à renforcer la cohésion sociale, loin devant l'école, la protection sociale, Tandis que la protection sociale apparaît moins essentielle cette année (14% vs 17% en 2011). Fait notable, le désenchantement vis à vis de la protection sociale est particulièrement marqué chez les personnes les plus fragiles qui pourraient pourtant bénéficier des filets de protection dans cette période de crise : les non-diplômés (-9 points), les bas revenus (-7 pts), les personnes au foyer (-7 points), les personnes souffrant de handicap (-8 points) considèrent la protection sociale nettement moins essentielle à la cohésion de la société cette année.


L'idée qu'il existe des profiteurs du système est plus répandue que celle du non-recours

Les inquiétudes face au poids de la dette de l'Etat, l'exaspération par rapport aux augmentations d'impôts, et les tensions autour du pouvoir d'achat des classes moyennes nourrissent le sentiment que le système de protection sociale et de droits n'est pas juste et que « beaucoup de personnes abusent du système » (84% d'assentiment). Tandis que seuls 42% pensent que « beaucoup de personnes renoncent à bénéficier des droits ou allocations auxquels elles pourraient prétendre ».

L'attachement au modèle de la laïcité à la française

Pour beaucoup, le modèle social français repose non seulement sur le système de protection social mais aussi sur sa conception de l'intégration. Héritée de l'époque révolutionnaire, la tradition culturelle française intègre un devoir d'asile envers les étrangers3 et un esprit de fraternité, inscrit dans la devise de la République française. Mais tout au long de son histoire la France semble osciller entre sa mission de terre d'accueil (elle est au X1Xe siècle l'une des terres d'asile les plus accueillantes du continent avec la Grande-Bretagne), et une certaine hostilité face à la figure de l'étranger inassimilable qui accompagne chaque vague migratoire (1taliens de la fin du X1Xe siècle, migrants africains, Roms aujourd'hui, etc.) car « les immigrés seraient trop nombreux, porteurs de maladie, délinquants potentiels, étrangers au corps de la Nation »4. De fait, nos concitoyens sont partagés entre le sentiment que « la diversité des cultures et des origines est une richesse pour notre pays » (55%) et l'idée que celle-ci « rend difficile la vie en commun » (44%).

OUVRAGE
N° edition : Collection des rapports
FICHE N° 79880
Mis à jour le : 17/11/2014
INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES (fichiers joints, sites internet...)
Tous publics :
MOTS CLES
politiques publiques - politique sociale - modèle social - problèmes sociaux
imprimer